Titre du document

Comparaison de fonctions d’évaluation biologiques en radiothérapie d’intensité modulée : étude bidimensionnelle

Nom du corpus

Corpus Unitex français

Lien vers le document
Auteur(s)
  • C Dejean 1
  • A Lemosquet 1
  • D Lefkopoulos 2
  • E Touboul 3
Affiliation(s)
  • 1) Unité de radiophysique, service de radiothérapie, centre René-Huguenin, 35, rue Dailly, 92210 Saint-Cloud, France
  • 2) unité de radiophysique, service de radiothérapie, institut Gustave-Roussy, 39, rue Camille-Desmoulins, 94800 Villejuif, France
  • 3) service d’oncologie–radiothérapie, hôpital Tenon, Assistance publique-hôpitaux de Paris, 4, rue de la Chine, 75020 Paris, France
Revue

Cancer / Radiotherapie

Langue(s) du document
Français
Éditeur
Elsevier
Année de publication
2001
Type de publication
Journal
Type de document
Research-article
Résumé

Résumé: L’obtention de distributions de dose d’intensité modulée se fait par planification inverse, ce qui nécessite un algorithme d’inversion et une fonction objectif qui peut être physique ou biologique ; les fonctions objectif biologiques ayant pour but de quantifier la probabilité de l’issue favorable du traitement. L’algorithme d’inversion analytique utilisé se fonde sur l’analyse mathématique de la décomposition en valeurs singulières et propose autant de solutions qu’il y a de faisceaux élémentaires. À partir de la probabilité de contrôle tumoral, des probabilités de complications des tissus sains et de la probabilité de contrôle sans complications, trois fonctions d’évaluation biologiques des solutions sont définies et comparées par la différence des moindres carrés entre les distributions de dose prescrite et obtenue. La configuration d?irradiation utilisée est simplifiée : prescription de Brahme (modèle bidimensionnel d’une irradiation pour cancer de la prostate) et neuf faisceaux (unidimensionnels). La détermination par critère biologique de la solution optimale permet d’augmenter la dose moyenne dans la tumeur ainsi que son homogénéité par rapport à l’optimisation physique. À l’inverse, les organes à risque sont alors moins protégés. L’imposition de contraintes pertinentes permet alors d’obtenir des distributions de dose satisfaisantes. Certaines limitations apparaissent au niveau de la validité des modèles et des données utilisés, ce qui pour l’instant nous semble exclure l’utilisation en routine clinique d’une optimisation uniquement biologique. La disponibilité future de nouvelles données biologiques permettra le développement et notamment l’utilisation clinique de l’optimisation biologique.

Mots-clés d'auteur
  • optimisation
  • probabilité de complication des tissus sains
  • probabilité de contrôle tumoral
  • NTCP
  • TCP
Catégories WoS
  • 1 - science
  • 2 - radiology, nuclear medicine & medical imaging
  • 1 - science
  • 2 - oncology
Catégories Science-Metrix
  • 1 - health sciences
  • 2 - clinical medicine
  • 3 - oncology & carcinogenesis
Catégories Scopus
  • 1 - Health Sciences ; 2 - Medicine ; 3 - Radiology Nuclear Medicine and imaging
  • 1 - Health Sciences ; 2 - Medicine ; 3 - Oncology
Catégories INIST
  • 1 - sciences appliquees, technologies et medecines
  • 2 - sciences biologiques et medicales
  • 3 - sciences medicales
persName
  • Anne Martin-Matthews
  • Anne Martin-Matthews
  • Keating
  • Keating
  • Anne Martin-Matthews
  • Ianno
  • Lalonde
placeName
  • Canada
  • Canada
  • Canada
  • Canada
  • Canada
  • Canada
  • Canada
  • Canada
  • Canada
  • Canada
  • Canada
  • Canada
  • Canada
  • Canada
  • Terre-Neuve-et-Labrador
  • Canada
  • États-Unis
  • Canada
  • Canada
  • Canada
  • Canada
  • Canada
  • Canada
  • Canada
  • Australie
  • Allemagne
  • Royaume-Uni
  • Canada
  • Canada
  • Canada
  • Canada
  • Commonwealth
  • Royaume-Uni
  • Australie
  • Nouvelle-Zélande
  • Canada
  • Canada
  • Colombie-Britannique
  • Manitoba
  • Canada
  • Canada
  • Canada
  • Canada
orgName
  • Santé Canada
  • Santé Canada
  • Santé Canada
  • Inforoute Santé du Canada
  • Santé Canada
  • Conseil de recherches en sciences humaines du Canada
  • University of Alberta
  • McMaster University
  • University of Toronto
  • gouvernement du Canada
  • Agence de la santé publique du Canada
  • Agence de la santé publique du Canada
  • Organisation mondiale de la santé
  • OMS
  • OMS
  • OMS
  • Conseil des sciences, de la technologie et de l’innovation du Canada
Date
  • 1993
  • 1997
  • 1996
  • 2000
  • 2000
  • 2001
  • 2008
  • 1997
  • 1997
  • 1997
  • 2008
  • 2004
  • 2008
  • 1996
  • 2004
  • 2005
  • 2000
  • 1974
Ref type bibl
  • IRSC, 2008a
  • IRSC, 2008b
  • Grootendorst, 2002
  • Lexchin et Grootendorst, 2004
  • Ford et al., 2007
  • Simpson et al., 2006
  • Kirby et Chair, 2003
  • NPS, 2006
  • Romanow, 2002
  • Iglehart, 2001
  • Bates et al., 1998
  • Light et Lexchin, 2005
  • Light et Lexchin, 2005
  • Baker et al., 2004
  • Forster et al., 2004
  • Forster, Murff, Peterson, Gandhi et Bates, 2003
  • Neale, Woloshynowych et Vincent, 2001
  • Sandars et Esmail, 2003
  • Runciman et al., 2000
  • Wilson, Runciman, Gibberd, Harrison, Newby et Hamilton, 1995
  • Zhan et Miller, 2003
  • Institute of Medicine, 2000
  • Bates et Gawande, 2003
  • Comité sénatorial spécial sur le vieillissement, 2009 : 78
  • Pitkeathley, 2007
  • Service Canada, 2009
  • Keefe et Rajnovich, 2007
  • Keefe, 2007
  • Pitkeathley (2007)
  • 2009 : 127–129
  • Santé Canada, 2002 : 5
  • MartinMatthews, 2009
  • MartinMatthews et Mealing, 2009
Version PDF
1.2
Score qualité du texte
9.808
Présence de XML structuré
Absent
Identifiant ISTEX
3903297D6319B69665B015F86638946612B34534
ark:/67375/6H6-1CW10CKL-J
Powered by Lodex 9.3.8